films-series
pay-online
vacances-pas-cheres
Menu

« Les Rois de l’arnaque » : quel Marco Mouly êtes-vous ?

Wish : c’en est fini pour les rois de la contre-façon

Vacances petit budget : plus un sou, je vais où ?

Dark Light

Sorti le 3 novembre dernier sur Netflix, le documentaire « Les Rois de l’arnaque » retrace le parcours des escrocs à l’origine de la « fraude la plus massive jamais enregistrée en France » (chiffrée à 1,6 milliard d’euros). Partis de rien, ces arnaqueurs devenus multimillionnaires quasiment du jour au lendemain en exploitant une faille sur le marché des quotas carbone, entre 2008 et 2009, fascinent par leurs profils atypiques, semblant tout droit sortis d’un film de Scorsese.

Mardoché Mouly, dit « Marco », sort du lot. Avec son bagou incroyable et son goût prononcé pour la fête et le bling-bling, un rapport à l’argent qui lui a permis d’obtenir une fortune démesurée, mais qui a également provoqué sa chute, protéiforme et imprévisible… Et si on avait tous en nous, quelque chose de Marc Mouly ? Faisons le test.

Un homme de la rue, parti de rien

Né à Tunis en 1965, Marco Mouly a grandi à Belleville avec ses six frères et sœurs. Exilé juif tunisien, il quitte l’école à 12 ans et compense son quasi-illettrisme (qu’il n’hésite pas à revendiquer dans ses interviews, non sans exagération) par une gouaille hors du commun qui le mène naturellement au monde du commerce et… De l’arnaque !

Car si Marco ne sait presque pas lire, il sait très bien compter. Dès sa majorité, il commence à travailler sur des arnaques aux faux encarts publicitaires avec d’autres escrocs. Une activité qui lui fera écoper de sa première peine de prison : 13 mois avec sursis. Mais rien qui pourrait arrêter son insatiable envie de richesse et de possession matérielle.

Il fera de la fraude à la TVA sa spécialité. Celle-ci consiste à créer une société pour acheter des marchandises hors taxes (HT) dans un pays étranger de l’Union européenne, afin de les revendre toutes taxes comprises (TTC) à une autre société sans jamais rembourser la TVA avancée par l’État.

Un sens de la répartie au-dessus de la moyenne développé au cœur d’une famille nombreuse et quelques petits délits de jeunesse à votre actif ? Prudence, vous marchez sur les pas de Marco !

Du genre discret et silencieux, et incapable de vendre quoi que ce soit (même un CD pour les restos du cœur) ? Votre conseillère d’orientation vous proposera sûrement un autre projet de vie (et c’est sans doute mieux ainsi).

Un rapport obsessionnel à l’argent et au matériel

Suite à sa rencontre avec Arnaud Mimran, spécialiste du marché du carbone, Mouly et ses compères exploitent la fraude à la TVA dans des proportions inédites et gagnent jusqu’à 500 000€ chaque jour ! Quand on sait que Marco était déjà assis sur un beau patrimoine grâce à ses arnaques précédentes, on peut logiquement penser qu’il s’arrêterait rapidement pour disparaître des radars… Eh bien pas du tout.

Yachts de luxe, Rolls Royce, montres, manteaux de fourrure, flambe de malade au casino où il dépense parfois des centaines de milliers de dollars, et soirées avec des stars internationales comme Akon ou Puff Daddy… Mouly dépense tout ce qu’il gagne grâce à la fraude pour faire la fête et satisfaire ses désirs matériels.

Totalement inarrêtable, le point culminant de son époque de flambeur est sans doute une soirée organisée avec tout le gratin des people français, où chaque invité recevait un iPad en guise de carton d’invitation… Un événement qui inspirera à Gad Elmaleh son fameux personnage de Coco, millionnaire ultra-dépensier et excentrique.

Vous aviez votre place pour assister au film de Gad et vous lui attribuez volontiers une note supérieure aux 1,5/5 d’Allociné ? De tels goûts sont suspects… Votre probabilité d’être un Marco Mouly en puissance vient d’augmenter de +55% !

Mais la réalité finit par rattraper Mouly : les autorités réalisent la fraude et mettent fin aux taxes sur le marché des quotas en 2009, tout en laissant des mandats d’arrêt contre Marco et ses comparses. Entre-temps, l’immense fortune amassée par les escrocs a fait des jaloux et certains protagonistes ont été assassinés, quand d’autres (dont Mouly lui-même) craignent pour leur propre sécurité et celle de leur famille.

Marco Mouly a depuis été condamné à huit ans de prison ferme et doit rembourser des millions d’euros à l’État français ; ce qu’il ne pourra jamais faire étant donné qu’il en a dépensé la plus grande partie ! Aujourd’hui en semi-liberté (il porte un dispositif GPS la journée et retourne en prison le soir), il dit être un père et un grand-père comblé, bien que toujours inquiet pour la sécurité de ses proches.

Personnage ô combien charmant et paradoxal, Marco Mouly a de quoi fasciner. Parti de rien, mais armé d’un bagou hors norme et d’un désir de richesse inarrêtable, il a préféré flamber toute sa fortune amassée illégalement de manière ultra-ostentatoire sans jamais se soucier du lendemain. S’il séduit, son rapport à l’argent interroge nos propres pulsions matérialistes, en particulier à l’heure où des thèmes comme la l’écologie et le frugalisme gagnent du terrain.

Et pour conclure avec Johnny, « On a tous quelque chose en nous de Marco Mouly, cette volonté de prolonger la nuit, ce désir fou de vivre une autre vie, ce rêve en nous avec ses mots à lui ; ô quelque chose, de Marco Mouly…»

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet :