Dark Light

Tout savoir sur le prêt social d’urgence

Si vous vous trouvez dans une situation financière difficile, à tel point que les banques traditionnelles refusent de vous prêter de l’argent, une dépense exceptionnelle peut très vite vous faire basculer dans le rouge. Financer un achat essentiel, des frais médicaux ou une formation professionnelle… De nombreux projets qui vous permettraient pourtant de remonter la pente semblent inaccessibles.

C’est la raison pour laquelle le prêt social d’urgence a été créé : pour permettre aux personnes en difficulté financière d’emprunter quelques centaines ou milliers d’euros rapidement et à taux réduit. Dans cet article, on vous explique tout ce qu’il y a à savoir sur cet emprunt particulier.

Qu’est-ce que le prêt social d’urgence ?

Aussi appelé « microcrédit social », le prêt social d’urgence est un emprunt destiné aux personnes en difficultés financières, ou qui ne peuvent pas bénéficier de prêts classiques auprès des banques, car leur situation est jugée trop précaire. C’est un prêt à taux réduit garanti à la fois par l’État et par l’organisme prêteur, dont le montant est modeste mais peut représenter un vrai coup de pouce pour sortir d’une situation difficile.

Le prêt social d’urgence peut être obtenu en passant par des organismes sociaux ou des associations spécialisées, qui serviront d’intermédiaires avec les établissements bancaires. Attention tout de même : gardez à l’esprit que contrairement aux aides financières classiques disponibles en France, ce type d’aide est bel et bien un emprunt que vous devrez entièrement rembourser !

Pourquoi demander un prêt social d’urgence ?

Vous vous en doutez : le prêt social d’urgence ne peut pas servir à financer n’importe quel type de projet ! Son objectif est toujours de favoriser l’inclusion bancaire, ou l’insertion sociale ou professionnelle du demandeur. Cela étant dit, de nombreux projets en lien avec ces objectifs peuvent être financés par un microcrédit social. Pour info : la grande majorité des demandes concernent l’emploi et la mobilité.

Impossible de faire la liste exhaustive des projets que vous pouvez financer via un prêt social d’urgence, mais voici quelques exemples courants :

  • l’achat ou la réparation d’un véhicule ;
  • le passage du permis de conduire ;
  • le passage d’une formation professionnelle ;
  • les frais de santé peu remboursés (lunettes de vue, appareils auditifs…) ;
  • les études ;
  • l’achat d’équipement essentiel pour le retour (ou le maintien) à l’emploi, comme un ordinateur…

Prêt social d’urgence : pour qui ?

Plusieurs millions de Français peuvent accéder au prêt social d’urgence. Ce sont généralement les personnes exclues du système bancaire, qui ne disposent donc pas de ressources suffisantes pour contracter un prêt classique… Mais qui en ont suffisamment pour ne pas avoir accès à certaines aides.

Là encore, difficile de présenter la liste complète des bénéficiaires potentiels du prêt social, mais voici quelques profils type :

  • les personnes sans emploi ;
  • les intérimaires ;
  • les personnes en CDD ;
  • les bénéficiaires du RSA ;
  • les retraités touchant une faible pension ;
  • les victimes d’un accident de la vie…

Bon à savoir : Les personnes en situation de surendettement, inscrites au Fichier national des incidents de remboursement des crédits aux particuliers (FICP) ou au Fichier central des chèques (FCC) ne peuvent en principe pas accéder au prêt social d’urgence. Mais la Banque de France peut le leur accorder sous condition de ressources suffisantes.

Prêt social d’urgence : quelles modalités ?

Au niveau du montant, le prêt social d’urgence peut représenter quelques centaines à quelques milliers d’euros tout au plus. Il est généralement compris entre 300€ et 8 000€. La durée du remboursement peut s’étaler sur quelques mois ou sur plusieurs années : entre 6 mois et 7 ans au maximum.

En ce qui concerne le taux du microcrédit social, il est avantageux (c’est l’un de ses principaux avantages !) : de 1,5 à 4% selon la banque prêteuse. Pour ne rien gâcher, vous n’aurez aucun frais de dossier à couvrir.

Sachez également que votre prêt social sera garanti à 50% par l’État lui-même, et à 50% par l’établissement bancaire qui vous prête les fonds.

Quant à la durée nécessaire pour débloquer les fonds empruntés, comptez entre 2 semaines et 2 mois, en fonction de l’organisme qui vous accompagne.

Comment faire une demande de prêt social d’urgence ?

Si vous souhaitez faire une demande de prêt social d’urgence, sachez que vous ne devez pas vous adresser directement à la banque. Vous devez passer par l’un des référents sociaux de votre département. Ce sont ces organismes qui vont servir d’intermédiaire entre vous et l’établissement bancaire prêteur. Ils vont ainsi faciliter l’obtention de votre crédit tout en rassurant la banque quant au risque financier.

Dans le cadre de votre demande, l’organisme social ou l’association que vous avez choisi vous reçoit et étudie avec vous votre objectif d’emprunt ainsi que votre situation personnelle. Puis, on constitue votre dossier avant de le soumettre en commission auprès des établissements bancaires locaux.

Vous l’aurez compris : les démarches à effectuer de votre côté sont ainsi réduites et les chances d’obtenir une réponse favorable (du moment que votre objectif est cohérent avec le but du prêt social d’urgence et que vos ressources sont suffisantes pour le rembourser) sont élevées !

À qui s’adresser pour obtenir un prêt social d’urgence ?

Pour obtenir votre microcrédit social, vous devez donc vous rapprocher d’un référent social de votre département.

Vous pouvez ainsi vous tourner vers :

  • les Centres communaux d’action sociale (le CCAS) ;
  • les associations de solidarité (la Croix Rouge, les Restos du coeur…) ;
  • les associations spécialisées (Cresus, Adie…) ;
  • les Missions locales (si vous avez entre 16 et 25 ans) ;
  • le Plan local pour l’insertion et l’emploi (PLIE)…

Bon à savoir : Certaines banques ne proposent tout simplement pas de prêt social d’urgence, mais sachez que la Banque postale, le Crédit Mutuel, le Crédit Agricole ou encore la BNP en proposent !

Attention aux risques !

Alors oui, le microcrédit social peut vous permettre, de manière ponctuelle, de mieux gérer l’équilibre entre vos revenus et vos dépenses afin de retrouver une situation financière plus stable. Mais il présente bien sûr des risques, notamment s’il est mal (ou trop souvent) utilisé.

Le principal risque du microcrédit social est le surendettement. Si vos revenus sont d’ores et déjà limités et votre situation financière instable, un prêt social d’urgence présentant un taux d’intérêt un peu trop élevé peut être difficile à rembourser, et vous entraîner dans un véritable cercle vicieux d’où il sera encore plus dur de sortir !

C’est pourquoi une bonne gestion de votre budget grâce à une culture financière solide (comme on essaye de vous la transmettre à travers nos articles !) est indispensable pour limiter ce genre de risques.

Si vous avez un achat ou un projet urgent à financer mais que les banques traditionnelles refusent de vous prêter les fonds nécessaires, vous savez à présent comment solliciter un prêt social d’urgence auprès d’un organisme spécialisé ! En cas de besoin, n’hésitez pas non plus à recourir à l’une des nombreuses aides financières d’urgence disponibles en France.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Sur le même sujet :