Dark Light

Compte bancaire joint : devriez-vous passer le pas ?

Plus de la moitié des couples français (51 %) choisissent, au bout de quelques années de vie commune, de mettre en commun leurs finances. Par ailleurs, 70 % des français sont favorables à cette idée. Si le choix de la mise en commun est plébiscité dans la gestion financière des ménages, ouvrir un compte bancaire joint est loin d’être un acte anodin : si les revenus ne sont pas similaires ou que la gestion est peu rigoureuse, ce choix peut devenir source de tension.

C’est quoi un compte bancaire joint ?

Un compte bancaire joint est un compte bancaire unique, ouvert par au moins deux personnes qui ont un lien entre elles. Pour que cette ouverture de compte soit effective, il faut que toutes les parties signent le contrat d’ouverture de compte avec la banque. Un couple marié par exemple, doit donc faire la démarche de manière conjointe et volontaire auprès de sa banque pour en bénéficier.

Ce compte joint appartient dans les mêmes proportions à tous les cotitulaires. Cela signifie que tous les propriétaires du compte peuvent librement payer, retirer de l’argent ou faire des chèques pour payer les factures quotidiennes de leur ménage. Une personne qui gagne plus que l’autre ou qui alimente seule le compte joint ne peut pas se prévaloir de cela pour empêcher le cotitulaire d’utiliser le compte : chacun en possède 50 % même si l’un dépose 100 % des revenus et l’autre rien.

Le compte joint n’est donc pas simplement la mise en commun des moyens financiers d’un ménage, c’est un véritable partage des revenus. Il présente plusieurs avantages comme celui de réduire les frais bancaires (puisqu’il n’y a qu’un compte au lieu de deux), de faciliter la gestion financière du ménage (les dépenses sont centralisées) et de partager les efforts financiers du ménage.

Quelles sont les conditions pour ouvrir un compte bancaire joint ?

Pour ouvrir un compte joint, il suffit de demander l’ouverture d’un compte commun auprès de votre banque. Tous les futurs cotitulaires du compte devront être présents pour signer le contrat. En théorie, il n’y a aucune restriction au nombre de cotitulaires lors de l’ouverture d’un compte joint et n’importe qui peut le faire : des couples évidemment, mais également un groupe d’amis ou de la famille.

Dans les faits, les banques peuvent refuser l’ouverture de compte sans avoir à justifier leurs décisions. Bien conscientes que les questions financières sont souvent délicates et sources de tension, les banques se bornent généralement à ouvrir les comptes bancaires joints pour deux personnes maximum et privilégient les couples, mariés ou non. Le critère qui est généralement retenu par les banques est le concubinage.

Ainsi, dès lors que vous vivez avec votre compagne ou compagnon et que vous souhaitez tous les deux ouvrir un compte joint, vous pouvez prendre contact avec votre banque pour l’ouverture d’un tel compte. Elle ne vous demandera généralement qu’une pièce d’identité et un justificatif de domicile. Mais soyez vigilants : si la formule est tentante, il y a également quelques désagréments à anticiper.

À lire aussi : compte séparé ou compte joint : lequel choisir ?

Quels sont les avantages et les inconvénients ?

Pour les avantages :

  • Il y a tout d’abord la question des coûts : en diminuant le nombre de comptes bancaires et de cartes de paiement, les frais bancaires diminuent drastiquement.
  • La gestion financière quotidienne est également plus simple, puisque tout est prélevé sur le même compte, il est plus facile de savoir combien il reste pour le ménage à la fin du mois.

Il existe toutefois des inconvénients à ne pas négliger lors de l’ouverture d’un tel compte :

  • En premier lieu, il existe un risque de tension au sein du couple. La question de l’argent est souvent un sujet sensible. Si l’un des partenaires gagne et dépose beaucoup plus que l’autre sur le compte joint, il peut naître une forme de malaise entre les cotitulaires, voire une forme dépendance financière de l’un sur l’autre. Il faut bien garder cela à l’esprit et en discuter avant l’ouverture, mais également tout au long de l’existence du compte joint.
  • L’autre risque, beaucoup plus concret, est celui des dettes et du décès. Il faut savoir que les cotitulaires sont solidairement responsables. Cela signifie qu’en cas d’endettement, d’incident de paiement ou de tout autre problème d’un cotitulaire, la banque pourra se tourner vers l’autre cotitulaire pour obtenir réparation. L’interdiction bancaire peut par exemple être prononcée contre les deux cotitulaires, même si seul l’un des deux est responsable de la situation. Si l’un des cotitulaires décède, l’autre récupère la pleine gestion du compte, mais également toutes les dettes laissées par le cotitulaire.

Quelle différence entre un compte commun, un compte joint et un compte indivis ?

Il n’y a pas de différence entre les deux terminologies, ce sont des synonymes. Dans tous les cas, il est important de retenir que, tout comme le mariage n’ouvre pas automatiquement de compte joint, le décès, le divorce ou la séparation des cotitulaires ne ferme pas automatiquement le compte commun. Il faut en faire la demande expresse auprès de la banque et il faut que tous les cosignataires soient d’accord. Si l’un des cotitulaires s’y oppose, il reste toujours l’option du compte indivis, dont nous n’avons pas encore parlé.

Le compte indivis est un statut intermédiaire entre le compte individuel, personnel, et le compte joint, commun. C’est un compte ouvert en commun entre deux cosignataires mais où chacun est propriétaire d’une partie du compte et responsable uniquement de ses propres dettes ! Cette astuce permet de désolidariser les conjoints en cas de problème, tout en offrant l’avantage d’une gestion facilitée puisque tout se passe sur le même compte.

L’ouverture d’un compte joint, aussi appelé compte commun, est pratique puisqu’il permet une meilleure gestion des finances du ménage tout en diminuant les frais de tenue de compte. Toutefois, le compte joint ne présente pas que des avantages : entre tensions financières et risque partagé, il faut rester vigilant et prendre conscience de ce qu’implique une telle ouverture de compte. La solution intermédiaire du compte indivis peut représenter la bonne solution pour réduire ces risques tout en ayant une gestion centralisée des finances du ménage.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet :