Dark Light

C’est une bonne situation, ça, acteur porno ?

Scribe, chirurgien, gamer, banquier, agent d’influenceur, acteur porno… autant de pratiques et de professionnels que d’idées reçues sur les salaires de ces industries. Alors, qui gagne bien ? Combien ? Comment ? BLING Media tente de démêler le vrai du faux. Deux fois par mois, focus sur un gagne-pain et ses ordres de grandeurs. Cette semaine : le salaire des acteurs porno !

Pour les vieux de la vieille de l’industrie pornographique, l’âge d’or, ce sont les années 1990. À cette époque, la starification de certains acteurs (et surtout de certaines actrices) était bien réelle, et ces derniers pouvaient toucher jusqu’à 15 000€ par mois (comme l’affirme l’acteur Franco Roccaforte) pour tourner dans les fameux films X, encore diffusés à l’époque dans des cinémas spécialisés.

Puis, le web a pris la place qu’on lui connaît, métamorphosant totalement l’industrie, qui pèse aujourd’hui des milliards et des milliards de dollars. Alors, de nos jours, ils sont riches, les acteurs porno ?

Une industrie qui monte, qui monte…

Aujourd’hui, les cinémas X – dont la majorité en France ont successivement fermé leurs portes, marquant la fin d’une époque – ont clairement été pulvérisés par les plateformes de streaming. Des chiffres qui parlent d’eux-mêmes, comme le montre la réalisatrice Ovidie dans son édifiant documentaire, Pornocratie. « En six ans, l’humanité a regardé l’équivalent de 1,2 million d’années de vidéos pornographiques, et plus de cent milliards de pages sont visitées chaque année sur des sites de streaming. À eux seuls, YouPorn et PornHub représentent aujourd’hui 2 % de la bande passante d’Internet.»

Une consommation de masse absolument colossale : en 2019 déjà, PornHub affichait plus de 115 millions de visites chaque jour, et plus de 42 milliards sur l’année. Pour information, la France se situe à la sixième place des plus gros consommateurs du site (cocorico !).

Si l’on s’attarde un peu du côté tricolore, on trouve les deux sites web français qui génèrent le plus de trafic dans le monde : XVideos et XNXX (plusieurs milliards de vues chaque année), détenus par les jumeaux Stéphane et Malorie Pacaud via leur société WGCZ. S’ils restent tous deux extrêmement discrets, leur business générerait près d’un demi milliard de dollars !

Avec un marché aussi gigantesque et toujours en expansion, on imagine aisément le chiffre d’affaires pharaonique généré par l’industrie. S’il est impossible de connaître ce chiffre avec exactitude, les acteurs de l’industrie les plus timides parlent de 5 milliards de dollars par an, quand les plus frimeurs évoquent plutôt la somme de 100 milliards…

Derrière cette industrie, il y a un géant dont le monopole sur son marché ferait pâlir Google ou Amazon : Mindgeek. Si ce nom ne parle pas à grand monde, les noms des plateformes dont il est propriétaire sont beaucoup plus évocateurs : PornHub, YouPorn, RedTube, Brazzers… La multinationale basée au Luxembourg affiche 460 millions de dollars de bénéfices en 2021.

Si ces chiffres sont corrélés aux salaires des acteurs porno, ils devraient sacrément bien gagner leur vie ! Et pourtant…

Des salaires pas toujours à la hauteur

Comme évoqué plus tôt, dans les années 1990, les acteurs porno les plus populaires faisaient partie d’un petit milieu et étaient très sollicités par les boîtes de production de films X, ce qui leur permettait de toucher des salaires mensuels à 4 chiffres dans le meilleur des cas. Mais à l’heure du porno “fast-food”, qu’en est-il ?

Cela n’aura échappé à (presque) personne, aujourd’hui le « produit » pornographique phare est typiquement une scène de seulement quelques minutes de sexe tournée avec peu de moyens, sans scénario, sans dialogue, à l’aide d’une caméra à l’épaule qui multiplie les gros plans sur des pratiques souvent… extrêmes. Ces vidéos sont diffusées via des plateformes de streaming en ligne, comme le géant PornHub (le McDonald’s du porno en somme).

Aujourd’hui, les acteurs sont rémunérés, non pas à la journée de tournage, mais à la scène, autrement dit, à l’acte sexuel. Leur rémunération dépend alors de plusieurs facteurs, tous liés au retour sur investissement final de la “performance”. Ainsi (et ce n’est pas une légende), les femmes sont mieux payées que les hommes, et les hommes gays sont mieux payés que les hommes hétéros (ça change !).

Les rémunérations aux États-Unis varient :

  • entre 300$ et 1 500$ pour une actrice lors d’une scène hétéro ;
  • entre 700$ et 1 200$ pour une actrice lors d’une scène lesbienne ;
  • entre 500$ et 1 500$ pour un acteur.

En France, les salaires des acteurs sont plus faibles, mais les écarts constatés sont sensiblement les mêmes. On est donc très loin des fortunes comme celle de Rocco Siffredi (qui est non seulement acteur, mais aussi réalisateur et producteur), estimée à 275 millions d’euros.

Pour les actrices, les salaires varient en fonction de leur notoriété sur les réseaux sociaux, des actes qu’elles acceptent de faire durant les scènes ou encore de leur âge (le pic de leur carrière est généralement entre 22 et 26 ans). Une actrice populaire peut tourner jusqu’à 100 scènes par an, sachant qu’elle reverse 10 à 15% de ses revenus à son agence et doit payer de sa poche ses tests MST toutes les deux semaines.

Il est assez facile, avec ces chiffres en tête, de se faire une idée de la rémunération des actrices les plus populaires du moment. Cependant, pour la grande majorité d’entre elles, les rémunérations et les conditions de travail se sont largement dégradées avec le temps, comme en témoigne encore Pornocratie d’Ovidie.

Les sites de streaming générant un trafic énorme, les studios ont dû adapter leurs pratiques pour faire baisser leurs coûts et survivre économiquement. Baisse des salaires, pratiques de plus en plus hardcore exigées… Une véritable ubersiation du porno qui impacte majoritairement les actrices.

Finalement, les actrices qui s’en sortent le mieux financièrement sont celles qui produisent leurs propres contenus en ligne, notamment via les plateformes comme OnlyFans («l’Instagram du sexe», sur lequel les utilisateurs paient pour suivre leurs comptes favoris, proposant souvent des contenus porno), ou via le porno amateur en indépendant (comme le fait le couple star du porno homemade LeoLulu).

Pour les acteurs, les carrières peuvent durer bien plus longtemps, mais ils sont beaucoup moins recherchés et le principal critère les concernant est l’endurance…Ou la capacité à ingurgiter du viagra en quantités industrielles !

S’il y a de bonnes situations grâce au développement phénoménal de l’industrie du porno sur le net, ce sont surtout les propriétaires des plateformes de streaming qui amassent des fortunes chaque année. Pour les acteurs (et surtout les actrices), le salaire est bien souvent une désillusion, et ce sont d’autres sources de revenus (réseaux sociaux, chaines personnelles de diffusion de contenus…) qui leur permettent de vivre de leur métier.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Sur le même sujet :